Un forum avec des dossiers et des news en exclusivité sur Clamp et sur vos mangas & animés préférés!
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Derniers sujets
» Un nouvel anime?
Mar 12 Déc 2017 - 11:21 par DD69

» [Sorties manga]
Lun 31 Juil 2017 - 16:52 par Shoichi

» La dernière chose insolite que vous avez vue O.o
Dim 30 Juil 2017 - 8:59 par Shoichi

» qu'écoutez - vous là maintenant tout de suite ?
Dim 30 Juil 2017 - 8:57 par Shoichi

» Ce que vous avez fait hier
Dim 30 Juil 2017 - 8:54 par Shoichi

» Je viens de voir un film, il était...
Dim 30 Juil 2017 - 8:52 par Shoichi

» Bleach
Dim 30 Juil 2017 - 8:50 par Shoichi

» Votre liste de manga en cours
Sam 22 Juil 2017 - 9:07 par Shoichi

» Kasane - La voleuse de visage - Daruma Matsuura
Sam 22 Juil 2017 - 9:02 par Shoichi

» Ce que vous allez faire demain ...
Sam 22 Juil 2017 - 9:02 par Shoichi

MangaClamp sur Twitter
MangaClamp sur Facebook








Les posteurs les plus actifs de la semaine
DD69
 
Disclaimer

Toutes les images que vous trouverez sur ce forum sont ©CLAMP Shigatsu Tsuitachi CO.LTD. et sont la propriété exclusive de leurs auteurs. Tous droits réservés pour les éditions japonaises et françaises respectives. Merci de soutenir les auteurs en achetant leurs œuvres quand elles sont licenciées dans votre pays.

Partagez | 
 

 Le pavillon des hommes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sherryn
Otaku suprême de Clamp
avatar

Féminin
Nombre de messages : 13152
Age : 30
Emploi : Régner sur MangaClamp
Loisirs : Punir les mécréants de MangaClamp
Dimension habitée : A MangaClamp
Début de la quête : 17/02/2007

MessageSujet: Le pavillon des hommes   Dim 1 Nov 2009 - 20:11



Un drame a fragilisé le Japon ! Une terrible épidémie - la variole du Tengu qui touche exclusivement les êtres masculins - tue de nombreux jeunes et moins jeunes gens, sans distinction de classe. Le shôgun Lemitsu fait partie des victimes. La nouvelle maîtresse du palais entend faire changer les choses : elle n'apprécie en effet pas le faste et le luxe superflu qui était de mise au Pavillon jusque là, alors qu'il connaît des difficultés financières. Mizuno est pressenti comme celui qui pourrait être recommandé comme favori du shogun. En effet, remarqué par sa sobriété et son allure, Mizuno est invité à passer la nuit avec le shogun. Cependant, ils ignorent tous deux la règle qui veut que l'homme responsable de la perte de la virginité du shogun soit exécuté 10 jours plus tard.

Voilà un manga au principe très original et au genre un peu perturbant, et du coup je ne sais pas trop dans quoi le ranger. Étant donné qu'il évoque l'apparition d'une maladie et d'un autre chemin emprunté par l'histoire, on pourrait le classer dans la science-fiction sauf que c'est de l'historique, il n'y pas de sciences. Je crois que je n'avais encore jamais rencontré de tel récit.
Et le moins qu'on puisse dire c'est que cette originalité très novatrice m'a vraiment beaucoup plu ! L'atmosphère "Japon ancien" est totalement respectée mais en même temps, les rapports hommes/femmes et l'évolution de la société s'est développée bien différemment de la voie que l'on connaît : alors que l'on sait ce qu'est la pénurie des femmes, la pénurie des hommes c'est bien la première fois que j'entends parler. Mais l'histoire est crédible et présente bien ce qu'il aurait pu advenir dans un tel cas de figure, même dans les côtés les moins reluisants.
Le graphisme est sobre mais réaliste et agréable, l'intrigue sensible et plutôt juste de ton. Elle tourne principalement autour de ce fameux "pavillon des hommes", pendant masculin du gynécée impérial, et de sa gestion par le nouveau shôgun (qui est bien une femme bien qu'on en parle au masculin). Vers la fin, on voit cette dernière s'atteler à des réflexions plus personnelles qui promettent de donner au manga un autre tournant qui promet de se révéler pas moins intéressant que ce premier tome.
Ce manga est donc une assez bonne surprise, il est bien fait mais surtout présente une idée réellement novatrice et traitée avec talent.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://boyslove.e-monsite.com
Lachianly
Modératrice
Otaku suprême de Clamp
avatar

Féminin
Nombre de messages : 35961
Age : 30
Loisirs : faire le panda
Dimension habitée : Bordeaux
Début de la quête : 06/05/2008

MessageSujet: Re: Le pavillon des hommes   Sam 2 Avr 2011 - 22:41

nouveau coup de coeur

ça fait longtemps que j'ai envie de le commencer une copine m'a prêté le tome 1 et j'ai beaucoup aimé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.manga-sanctuary.com/collection.php?id=14923
Lachianly
Modératrice
Otaku suprême de Clamp
avatar

Féminin
Nombre de messages : 35961
Age : 30
Loisirs : faire le panda
Dimension habitée : Bordeaux
Début de la quête : 06/05/2008

MessageSujet: Re: Le pavillon des hommes   Dim 15 Jan 2012 - 20:37

j'ai lu les tome 2 et 3 et j'avoue que j'ai beaucoup moins aimé, c'est vraiment très très bizarre comme série XD

je ne pense pas continuer à lire cette série même si on me les prête
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.manga-sanctuary.com/collection.php?id=14923
Gensen
Modératrice
Otaku suprême de Clamp
avatar

Féminin
Nombre de messages : 15172
Age : 28
Emploi : Assistante de chef de projet numérique
Loisirs : touuuuuuuuuut xD
Dimension habitée : Région parisienne
Début de la quête : 30/10/2011

MessageSujet: Re: Le pavillon des hommes   Dim 15 Jan 2012 - 21:31

moi, c'est le dessin qui m'empêche un peu de l'ouvrir XD
pourtant je connais plusieurs personnes qui apprécient cette série, mais chais pas, y a un truc qui me bloque XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yûko
Administratrice
Otaku suprême de Clamp
avatar

Féminin
Nombre de messages : 39102
Age : 31
Début de la quête : 01/03/2009

MessageSujet: Re: Le pavillon des hommes   Dim 11 Jan 2015 - 13:20



Critique T.1: Dans le Japon du XVIIe siècle, alors qu'une mystérieuse épidémie décime uniquement la population masculine, les femmes les remplacent aussi bien aux champs que dans les affaires, et prennent peu à peu la tête du pays.
En 1716, les hommes en minorité n'ont plus du tout la même place dans la société, et sont devenus un luxe symbolisé par le pavillon des hommes, un lieu peuplé de beaux éphèbes auquel ne peut accéder que l'actuelle shôgun, Ietsugu...

Ce qui nous frappe avec cette série, c'est tout d'abord la magnifique édition proposée par Kana: une jaquette mate et sobre, des pages en couleurs ou d'un monochrome mordoré, une feuille calque dessinant élégamment le titre sur l'illustration principale, et surtout, une qualité d'impression irréprochable.

Derrière ce bel écrin, on découvre une uchronie qui réécrit l'histoire du Japon telle que nous la connaissons sous une perspective matriarcale. Il ne s'agit pas d'un simple inversement des rôles puisque Fumi Yoshinaga pousse très loin sa réflexion sur les conséquences de telles prémisses (la raréfaction des hommes) et repense avec cohérence l'organisation familiale, économique et politique, que l'on saisit d'emblée dès ce premier tome.
On est forcément touché par la densité et la justesse de cette idée originale et développée avec intelligence et réalisme, mais rassurez-vous, Le pavillon des hommes n'est pas un essai, mais bel et bien une histoire romanesque à souhait!

On y suit le parcours du fils d'une famille de samouraïs, Yûnoshin Mizuno, très lié à son amie d'enfance, mais dévoué envers les femmes le sollicitant pour avoir un enfant, dans ce monde où s'offrir un mari n'est pas chose aisée... L'intrigue nous transporte toutefois très vite dans le fameux pavillon des hommes, où des garçons aussi beaux que doués sont rassemblés pour les bons plaisirs du shôgun. Entre secrets et complots, des alliances se nouent pour des faveurs sexuelles ou des ambitions politiques, et notre héros, fier et déterminé, va devoir se plier aux règles de cet endroit fascinant afin d'y trouver sa place!

L'histoire passionnante est servie par un trait fin et délicat, qui rend à merveille la beauté des visages, des étoffes et des décors, pour une immersion historique très réussie. L'action rythmée et sans temps mort enchaîne les évènements avec inspiration et talent, et rend bien les émotions qui agitent les cœurs des personnages.

Avec un récit complet, ce volume offre la mesure de ses excellentes qualités narratives, et déploie un important fil rouge pour la suite. On est déjà conquis!

Note :

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yûko
Administratrice
Otaku suprême de Clamp
avatar

Féminin
Nombre de messages : 39102
Age : 31
Début de la quête : 01/03/2009

MessageSujet: Re: Le pavillon des hommes   Dim 11 Jan 2015 - 14:03



Critique T.2: Comme on s'en doutait au vu des dernières pages du premier opus, ce nouveau volume amorce un retour dans le passé, et nous décrit la transition qui s'est opérée à l'époque de la mort du dernier shôgun masculin, Iemitsu, pour la première fois remplacé par une femme, et comment le pavillon des hommes est né...

Si la première histoire était belle et romantique, ce second récit est encore plus émouvant, et surtout bien plus dramatique.
Le révérend du temple Keikô, Arikoto, venu présenter ses hommages au shôgun, se retrouve ainsi dans une étrange situation puisqu'on ne lui permet pas de quitter le château d'Edo... Séquestré avec ses compagnons, il va se retrouver face au plus cruel des dilemmes!

L'intrigue élaborée et captivante de ce deuxième tome dépeint des personnages profondément meurtris, dans un pays encore instable où la prise de pouvoir des femmes s'est finalement faite dans le secret et la douleur. On se laisse sincèrement facilement entraîner par des rebondissements inspirés et réalistes jusqu'à la fin!
De plus, les dessins toujours aussi sublimes et précis captent avec élégance et finesse la beauté ou l'horreur des évènements, et transmettent beaucoup d'intensité à la lecture.

On apprécie par ailleurs les clins d’œil à certains détails évoqués dans le précédent volume (les paroles du tailleur Kakizoe par exemple), tandis que le fil rouge du Pavillon des Hommes continue de se développer avec profondeur et subtilité en arrière-plan.
En tout cas, le tournant pris par l'Histoire dans cette uchronie est toujours aussi fascinant et prometteur!

Note :

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yûko
Administratrice
Otaku suprême de Clamp
avatar

Féminin
Nombre de messages : 39102
Age : 31
Début de la quête : 01/03/2009

MessageSujet: Re: Le pavillon des hommes   Mer 18 Fév 2015 - 16:48



Critique T.3: La narration, qui était déjà très dense et riche lors des dernières pages du précédent tome, avec une montée en tension formidable, continue dans ce nouveau volume d'explorer plusieurs intrigues à la fois, et nous éblouit par une précision dans les détails qui n'empêche pas la lecture d'être fluide et captivante.

On saute ainsi des manigances et des secrets d'alcôve qui régissent le Pavillon, aux amours bouleversantes de l'actuelle shôgun, obligée d'enfanter pour perpétuer la lignée Tokugawa.
La mangaka prend également le temps de nous montrer l'évolution du Japon tandis que la variole du tengu progresse inexorablement, décimant la population masculine du pays...
On réalise alors toutes les conséquences de cette épidémie mortelle à différentes échelles, des questions de politique extérieure et intérieure, jusqu'aux destins croisés de certaines familles de daimyôs ou de simples paysans (le lecteur attentif remarquera d'ailleurs les apparitions de villageois déjà vus précédemment).

Tout en jonglant avec ses trames narratives parallèles, la plume inspirée de Fumi Yoshinaga dirige son récit d'une main de maître, et dresse des portraits incroyablement vivants de personnages nombreux aux caractères affirmés.

Entre les charismatiques Iemitsu, qui prend en main son destin malgré de terribles épreuves, et Arikoto, qui tente tant bien que mal de s’adapter aux retours du sort, les deux héros de ce chapitre nous fascinent littéralement.
Les autres protagonistes ne sont pas en reste, à commencer par la terrifiante Kasuga no Tsubone dont on découvre le passé et les résolutions...
Au final, il y a énormément de passages émouvants, cruels ou édifiants dans ce troisième opus du Pavillon des Hommes, qui est juste une claque à tous les niveaux!

"Jusqu'à présent, je n'ai encore jamais réellement ressenti de joie de vivre, ni goûté vraiment au bonheur. Mais si... si ma vie doit avoir un sens, alors... alors je voudrais m'en assurer dès maintenant! Et s'il y avait une mission que je dusse accomplir, je m'y consacrerais entièrement."

Les graphismes sobres mais sublimes et profondément immersifs, se parent d'une finesse indescriptible à l'image des rebondissements incessants et intenses du scénario, jusqu'à la dernière page, muette et prévisible tant tout semble y conduire, qui nous scotche pourtant par l'impact implacable de sa grâce majestueuse.

Une série coup de cœur mêlant histoire du Japon revisitée, romances contrariées et tragiques, drames humains et jeu de trônes, pour une fresque saisissante et infiniment humaine. Un must-have qui se savoure encore plus à chaque relecture!

Note :

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yûko
Administratrice
Otaku suprême de Clamp
avatar

Féminin
Nombre de messages : 39102
Age : 31
Début de la quête : 01/03/2009

MessageSujet: Re: Le pavillon des hommes   Mer 18 Fév 2015 - 16:49



Critique T.4: Avec l'annonce officielle et inédite du règne d'un shôgun féminin, l'ordre des choses s'en trouve temporairement bouleversé, mais les décisions audacieuses et fermes de Iemitsu permettent au Japon de se relever petit à petit en cette période de crise.

Nous suivons encore durant quelques pages le destin de nos héros si attachants, avant de les laisser à regret alors que la narration s'accélère et nous présente l'avènement du quatrième shôgun, en la personne de l'indécise Ietsuna.
Son histoire très courte est pourtant assez touchante à sa manière, on regrettera seulement un bond dans le temps un peu trop rapide sur la fin, qui de ce fait paraît un peu incohérent faute de repères temporels.

La dernière partie de ce quatrième opus nous fait ensuite découvrir le cinquième shôgun, Tsunayoshi, infiniment plus charismatique que son prédécesseur, mais également particulièrement odieuse et cruelle, à l'image de la déchéance lente et infernale qu'elle inflige à l'une de ses proches.

Les manigances de ses conseillers et de son entourage sont captivantes à suivre, tous les protagonistes de ce volet rivalisant d'ingéniosité et d’ambition.
On est loin d'égaler l'intensité émotionnelle et l'ambiance plus humaine et dramatique de l'arc narratif précédent, en revanche ce nouveau ton dans le récit n'est pas inintéressant, et on se passionne pour ces intrigues politiques pleines de piquant.

Les dessins toujours aussi sublimes et expressifs de Fumi Yoshinaga contribuent encore une fois à créer une immersion très réussie dans le scénario, en dépit de certaines relatives difficultés à la lecture (comme le nombre conséquent de personnages récurrents d'un tome à l'autre, qui peuvent parfois changer de nom ou d'apparence, et se situent aussi bien au Pavillon que dans un des villages).

Personnellement, pour mieux profiter de la complexité élaborée de l'univers de la mangaka, j'ai contourné le problème avec quelques griffonnements sur un brouillon - non pas une corvée mais un investissement à la hauteur de l'attention que mérite cette série!
Rassurez-vous toutefois, même sans se plonger à fond dans le moindre détail, le titre reste très accessible et délicieusement dépaysant et fascinant.

Un tome probablement un peu en-dessous du précédent de par son changement inévitable de cap et de personnages principaux, ce qui n'enlève rien aux qualités de l'ensemble.

Note :

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yûko
Administratrice
Otaku suprême de Clamp
avatar

Féminin
Nombre de messages : 39102
Age : 31
Début de la quête : 01/03/2009

MessageSujet: Re: Le pavillon des hommes   Mer 18 Fév 2015 - 16:50



Critique T.5: Les intrigues de cour se multiplient, chacun essayant de tirer la couverture à soi entre la conseillère favorite Yoshiyasu Yanagisawa (Omoto), l'époux officiel Nobuhira, le père de la petite princesse Denbei (Oden), et le nouvel intendant Emonnosuke...
De nouveaux concubins sont ainsi présentés au shôgun, qui va cependant soudainement être frappée par le destin d'une bien cruelle manière...

Le Pavillon des Hommes est toujours aussi captivant, grâce à son atmosphère plus politique que sentimentale ces derniers temps, même si Fumi Yoshinaga excelle dans la narration de certains passages très émouvants (le drame touchant Tsunayoshi, la révélation sur le passé secret de Akimoto...).

Il y a toujours autant de protagonistes, et personnellement c'est grâce à une relecture attentive que je m'y retrouve le mieux. Cette caractéristique de la série pourrait apparaître comme un défaut au lecteur pressé, de mon côté j'apprécie au contraire la richesse de l'intrigue et ses nombreuses nuances et subtilités.
On remarquera d'ailleurs un sympathique clin d’œil au premier volume, avec l'apparition d'une jeune fille maline et effrontée qui ré-apparaîtra sur le devant de la scène dans quelques années...

Au final on a déjà suivi le parcours d'une poignée de dirigeants, le shôgunat Tokugawa en comptant quinze (ce qui préfigure de la durée de la série), et c'est un plaisir de suivre cette uchronie imaginée par l'auteure, qui rattrape souvent avec sagacité la véritable Histoire du Japon.
De nombreux mangas abordent cette célèbre période d'Edo (actuelle Tôkyô), où l'empereur de Kyôto déléguait la gouvernance du pays au Bakufu, mais c'est la première fois que je trouve le propos fluide et prenant, malgré la différence culturelle et le manque de connaissances historiques sur le sujet.

L'édition impeccable de Kana, avec ses pages en couleurs, et ses sublimes jaquettes mates, aurait justement peut-être mérité des annexes explicatives et chronologiques afin de mieux situer le récit.

Avec ce cinquième opus, le titre continue de déployer sa fresque imaginaire mais passionnante d'un monde dominé par les femmes. A défaut de retrouver des personnages aussi attachants que dans les premiers volumes, on savoure l'efficacité de la narration portée par de somptueux dessins, pour un manga résolument atypique à découvrir!

Note :

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yûko
Administratrice
Otaku suprême de Clamp
avatar

Féminin
Nombre de messages : 39102
Age : 31
Début de la quête : 01/03/2009

MessageSujet: Re: Le pavillon des hommes   Sam 21 Fév 2015 - 11:14



Critique T.6: Les années passent pour Tsunayoshi qui commence à se lasser des intrigues politiques, mais doit sauvegarder les apparences malgré les tragédies personnelles qu'elle a vécues et son impopularité auprès du peuple.

Bien qu'elle ait un caractère difficile et peu attachant, on ne peut s'empêcher d'être ému par sa situation. En effet, Fumi Yoshinaga nous cueille par les sentiments avec des passages extrêmement intenses et émouvants, qui approfondissent les relations entre sa majesté et chaque membre de son entourage, jusqu'à un final absolument saisissant servi par une rare maîtrise dans la mise en scène et les dialogues, courts mais percutants.

Tandis que la question de la succession reste en suspens, nous suivons en parallèle le parcours de deux femmes qui sont pressenties pour devenir le prochain shôgun, entre l'héritière de Tokugawa Mitsusada, et la petite-fille d'Onatsu.
La mangaka avait laissé cette famille de côté jusqu'ici, et commence enfin à compléter les pièces du puzzle généalogique pour notre plus grand plaisir.

Encore une fois, nous découvrons des destins croisés emplis de drames, l'auteure continuant de développer les conséquences de son postulat de base (la raréfaction des hommes) au travers d'exemples forts et édifiants, comme avec l'histoire de Sakyô, contraint au plus terrible des péchés avant que le sort ne lui offre une nouvelle vie...

Chaque nouvel opus du Pavillon des Hommes est petit bijou visuel, grâce à de sublimes planches qui nous transportent dans cette époque d'Edo, avec une narration recherchée faite de plusieurs allers-retours temporels, et des personnages nombreux et passionnants. Chose plutôt rare, on ne suit pas de héros unique dans la série, l'unité de la saga résidant finalement dans le destin de la famille Tokugawa que l'on découvre au fur et à mesure des générations.

On apprécie cette richesse dans le récit, même si les lecteurs japonais férus d'Histoire possèdent certainement un niveau d'appréciation du scénario plus élevé que nous, qui manquons de repères historiques pour mieux savourer les similitudes et les différences imaginées dans cette uchronie.
Un travail éditorial avec des annexes documentées aurait été un plus non négligeable, mais on remercie déjà Kana de nous offrir ce josei qui sort des sentiers battus!

Note :

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yûko
Administratrice
Otaku suprême de Clamp
avatar

Féminin
Nombre de messages : 39102
Age : 31
Début de la quête : 01/03/2009

MessageSujet: Re: Le pavillon des hommes   Lun 23 Fév 2015 - 21:31



Critique T.7: La fin du précédent opus du Pavillon des Hommes attisait notre curiosité quant à la fameuse affaire "Ejima/Ikushima", on en découvre donc enfin les tenants et aboutissants politiques, avec un terrible complot qui va bouleverser le destin des protagonistes concernés et celui de leur entourage...
Cruel et sanglant, ce passage nous émeut particulièrement, grâce à une narration subtile dont la sobriété rehausse d'autant plus l'intensité émotionnelle.

Fumi Yoshinaga nous assène d'ailleurs de nombreuses claques en terme de mise en scène dans ce nouveau volume, notamment concernant les pions avancés par Hisamichi, intrigante brillante et sans scrupules, qui nous paraît déjà moins sympathique que dans le premier tome de la série!

En effet, avec ce septième chapitre, on referme la parenthèse du flashback pour revenir aux prémisses du titre, sous le règne du huitième shôgun Yoshimune. On apprend ainsi les circonstances de son arrivée au pouvoir, en suivant ensuite son parcours après sa rencontre avec Mizuno (que l'on a d'ailleurs le plaisir d’entr’apercevoir au détour d'une case!).
Le caractère très pragmatique de la jeune femme nous réserve de croustillants moments, et on ne peut s'empêcher de sourire à la malice de l'auteure en voyant le trait d'humour (ironique) glissé lors de la chute de la dernière page.

Servi par de sublimes graphismes à la hauteur de son ambitieux scénario, tour à tour dramatique, émouvant, édifiant ou bluffant, mais d'une qualité constante, Le Pavillon des Hommes continue de nous séduire à chaque nouvelle parution, et on s'enthousiasme par avance des nouvelles péripéties qui nous attendent entre ses pages!

Note :

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yûko
Administratrice
Otaku suprême de Clamp
avatar

Féminin
Nombre de messages : 39102
Age : 31
Début de la quête : 01/03/2009

MessageSujet: Re: Le pavillon des hommes   Mar 24 Fév 2015 - 18:25



Critique T.8: Avec ce huitième volume, la plume virtuose de Fumi Yoshinaga nous époustoufle encore une fois par son récit dense mais fluide, virevoltant des intrigues du Pavillon aux lourdes préoccupations politiques et économiques du pays, avec un ton très vivant et profondément humain.

On a beau savoir qu'il s'agit d'une uchronie (soit une réécriture de l'Histoire à partir de la modification d'un événement du passé), on est saisi par la vraisemblance des portraits et le réalisme des évènements qui nous sont dépeints.

On ressent ainsi une palette intense d'émotions en suivant les destins croisés de la brillante Yoshimune et de son indéfectible et loyale Hisamichi, ou encore de la laide et infirme Ieshige, tantôt odieuse et gênante, tantôt sensible et intelligente, et de celle qui ne cesse de prouver sa valeur, la vaillante et patiente Tatsu...
Les rencontres parfois improbables entre deux protagonistes, donnent alors lieu à des échanges savoureux, comme avec Sire Okô qui ne trouve plus sa place dans un milieu où les privilèges et le statut sont si fragiles, et le stupéfiant et talentueux cuisinier Yoshizô, souffrant d'être un homme dans ce monde de femmes.

Chaque passage est un régal sincère à la lecture, grâce à la puissance ambitieuse d'un scénario travaillé, et aux planches pleines de force et de majesté, qui dégagent beaucoup d'émotion et font régulièrement s'attarder notre regard sur un décor, un vêtement, ou l'expression silencieuse mais révélatrice d'un visage, dévoilant souvent tant de sentiments contenus afin de tenir son rang ou de conserver ses secrets.

De fil en aiguille, les générations se succèdent et on en arrive à faire connaissance avec les neuvième et dixième shôguns, tandis que la narration revient plus conséquemment sur le problème posé par la variole du tengu, la série semble donc amorcer lentement ses derniers arcs.
On se passionne en tout cas avec ferveur pour chacun de ces nouveaux tableaux, avec toujours la même hâte jusqu'au prochain opus!

Note :

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yûko
Administratrice
Otaku suprême de Clamp
avatar

Féminin
Nombre de messages : 39102
Age : 31
Début de la quête : 01/03/2009

MessageSujet: Re: Le pavillon des hommes   Mer 25 Fév 2015 - 0:08



Critique T.9: Pas de grand bond dans le temps avec ce neuvième tome qui s'attarde sur les mêmes personnages, en développant les intrigues de cour liées aux rivalités des trois filles de Yoshimune, et par ricochet, entre leurs propres enfants.
Au jeu des chaises musicales politiques, on se délecte des coups bas, des quiproquos et des manigances des unes et des autres conseillères ou dignitaires pour favoriser telle ou telle lignée des Tokugawa, tandis que Ieharu et sa fidèle Tanuma éclipsent la concurrence, pour le moment du moins, par leur puissance et leur charisme incontestable.

On retrouve aussi avec plaisir le médecin-interprète Gosaku, d'abord isolé et méprisé à cause de ses origines hollandaises, puis qui va petit à petit se trouver des disciples, attirés par son érudition et sa passion enthousiaste et communicative pour la recherche médicale.
On ressent cet engouement positif à la lecture, avec un épanouissement palpable et des moments de bonheur précieux et rares pour certains de ces hommes au sein du pavillon, malgré la dureté d'une époque où l'on peut toujours mourir d'une simple grippe.
Cette atmosphère spéciale est également due aux apparitions inopinées d'un personnage marginal et original, à la fois savant, écrivain et séducteur: le souriant et bohème Gennai, aussi insolent que brillant!

Dans cette bulle préservée, nos héros se font sans s'en rendre compte de dangereux ennemis, et au vu des dernières pages, il est bien possible que le vent tourne dans le prochain volume, avec de cruels rebondissements dont Fumi Yoshinaga a le secret...

En bref, comme depuis le début de la série, les protagonistes nombreux mais terriblement humains dans leurs sentiments comme dans leurs comportements rendent le récit fascinant, d'un réalisme très juste et captivant.
Avec une finesse aussi saisissante dans les graphismes que dans les dialogues, Le Pavillon des Hommes est un titre définitivement à inscrire parmi les incontournables des mangas d'époque sortis en France!

Le succès est également au rendez-vous au Japon d'ailleurs, comme le souligne la petite post-face de Kana qui évoque les nombreuses adaptations du titre en prises de vue réelles, avec pas moins de deux films et un drama!

Note :

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yûko
Administratrice
Otaku suprême de Clamp
avatar

Féminin
Nombre de messages : 39102
Age : 31
Début de la quête : 01/03/2009

MessageSujet: Re: Le pavillon des hommes   Mer 25 Fév 2015 - 23:39



Critique T.10: La couverture de ce dixième opus résonne presque comme une fin de série, avec son fond blanc inédit et sa "photo de famille", ce qui tranche avec les visuels des tomes précédents.
Il ne s'agit pas du dernier arc du titre cependant, même si l'on y vit bien la fin de quelque chose, avec des évènements que l'on voyait venir sans que cela n'enlève rien pour autant à leur intensité, tant les rebondissements qui nous sont contés dépassent notre imagination!

Revoir Dame Tanuma, Aonuma, Gennai, Ihê, Kuroki et Kisuke poser de la sorte, le sourire aux lèvres, nous remue forcément les tripes, surtout quand on découvre les péripéties de ce tome les concernant...

Alors que tout espoir semblait perdu, les dernières volontés de Yoshimune, transmises à la fidèle et déterminée Okitsugu, vont enfin permettre une grande percée dans la compréhension de la variole du Tengû. Avec l'appui du shôgun, c'est les yeux brillants d'excitation et de passion que les disciples de Gosaku vont ainsi tenter par tous les moyens d'élaborer un vaccin pour remédier à ce mal qui décime la population masculine du Japon...

En parallèle de ces beaux projets, et de cet engouement incroyable qui nous transporte définitivement à la lecture, la misère frappe de plus en plus le peuple, par colère et dépit très remonté contre l'opulence du château d'Edo et les décisions de la rôju, devenue un véritable bouc-émissaire de la situation catastrophique du pays.

A l'instar de ce qu'on a déjà vécu dans le Pavillon des Hommes, il suffit de peu d'ennemis pour renverser le pouvoir, et quand ceux-ci sont dévorés d'une telle ambition égoïste et démesurée, alliée à une haine malveillante, cruelle et sans scrupules, le destin s'avère souvent tragique pour ceux que l'on veut faire chuter.

La tension monte progressivement au fur et à mesure des chapitres, des drames cruels et irréversibles touchent les personnages auxquels on s'était attachés, et on tremble pour eux, tant on aimerait les voir vivre une issue heureuse, à la hauteur de leurs sacrifices et de leurs efforts.

Sans dévoiler la teneur de l'intrigue faite tout autant d'espoirs que de souffrances indicibles, on peut toutefois dire qu'elle nous fait passer par toutes les émotions, grâce à une mise en scène juste et impeccable, à des dialogues exceptionnels, et à des graphismes subjuguants, qu'on ne se lasse pas de contempler.
Fumi Yoshinaga excelle décidément dans la narration de ce titre au scénario génial et aux protagonistes fort nombreux, mais tellement uniques, humains, sensibles.

A noter que (enfin!) Kana nous octroie un mini-arbre généalogique en préface, succinct et non-exhaustif, mais suffisamment complet et utile pour les lecteurs les plus perdus (à défaut d'avoir pu, comme moi, découvrir les tomes d'une traite, ou prendre le temps d'une relecture complète pour mieux savourer l'histoire de cette lignée Tokugawa, dont on entr'aperçoit d'ailleurs le onzième shôgun, dans les dernières pages).

Un must-have, sans aucun doute, et on remercie l'éditeur pour nous avoir fait parvenir cette merveille, dans un bel écrin qui plus est, l'édition étant toujours aussi irréprochable.
Une telle maestria ne vous laissera pas insensible si vous donnez sa chance à ce manga atypique mais ô combien fascinant!

Note :

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yûko
Administratrice
Otaku suprême de Clamp
avatar

Féminin
Nombre de messages : 39102
Age : 31
Début de la quête : 01/03/2009

MessageSujet: Re: Le pavillon des hommes   Mer 25 Fév 2015 - 23:59

Une lecture dense mais tellement prenante! Very Happy

https://twitter.com/MangaClamp/status/570717452503519232

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gensen
Modératrice
Otaku suprême de Clamp
avatar

Féminin
Nombre de messages : 15172
Age : 28
Emploi : Assistante de chef de projet numérique
Loisirs : touuuuuuuuuut xD
Dimension habitée : Région parisienne
Début de la quête : 30/10/2011

MessageSujet: Re: Le pavillon des hommes   Jeu 26 Fév 2015 - 9:23

cette série m'attire depuis un bon moment, par le dessin tout d'abord qui je trouve, est magnifique, et l'histoire ensuite car elle est vraiment originale

et tes critiques, j'en ai lu une ou deux, me donnent vraiment envie de l'acheter xD
j'attendais car la série n'est pas finie au Japon, mais tu tentes beaucoup trop là xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yûko
Administratrice
Otaku suprême de Clamp
avatar

Féminin
Nombre de messages : 39102
Age : 31
Début de la quête : 01/03/2009

MessageSujet: Re: Le pavillon des hommes   Jeu 26 Fév 2015 - 10:25

fonce, tu ne seras pas déçue ^^
même si la série est en cours, les chapitres forment en quelque sorte des arcs complets donc l'attente n'est pas gênante entre deux volumes, surtout là après le 10e ^^

en 10 volumes on a suivi 8 shôguns (du 3e au 10e), vu qu'il en reste 5, je fais un petit pronostic mais la série ne devrait pas dépasser les 15 volumes je pense. Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gensen
Modératrice
Otaku suprême de Clamp
avatar

Féminin
Nombre de messages : 15172
Age : 28
Emploi : Assistante de chef de projet numérique
Loisirs : touuuuuuuuuut xD
Dimension habitée : Région parisienne
Début de la quête : 30/10/2011

MessageSujet: Re: Le pavillon des hommes   Jeu 26 Fév 2015 - 13:02

je vais essayer de voir si je les trouve pas en occasion alors ^^ (car ils sont un peu cher en neuf :/)
mais si ça ne se suit pas forcément au point de devoir tous les avoir, je peux effectivement tenter ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yûko
Administratrice
Otaku suprême de Clamp
avatar

Féminin
Nombre de messages : 39102
Age : 31
Début de la quête : 01/03/2009

MessageSujet: Re: Le pavillon des hommes   Jeu 26 Fév 2015 - 15:11

ah si, ne me fais pas dire ce que je n'ai pas dit, ça se suit hein! Razz tu comprendras rien si tu ne les lis pas dans l'ordre.
je disais juste que l'attente n'était pas frustrante entre deux arcs dans la mesure où les personnages principaux changent régulièrement (puisqu'on suit plusieurs générations).

je les ai acheté en neuf malgré le prix de mon côté, j'ai juste reçu le 10 par MS ^^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gensen
Modératrice
Otaku suprême de Clamp
avatar

Féminin
Nombre de messages : 15172
Age : 28
Emploi : Assistante de chef de projet numérique
Loisirs : touuuuuuuuuut xD
Dimension habitée : Région parisienne
Début de la quête : 30/10/2011

MessageSujet: Re: Le pavillon des hommes   Jeu 26 Fév 2015 - 21:45

ah non ça j'avais compris Razz
je parlais pour moi, que même si je ne peux me procurer que les deux ou trois premiers tomes, je ne serais pas forcément sur ma faim dans le sens où il y aurait un cliffhanger de fou à la fin du tome xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yûko
Administratrice
Otaku suprême de Clamp
avatar

Féminin
Nombre de messages : 39102
Age : 31
Début de la quête : 01/03/2009

MessageSujet: Re: Le pavillon des hommes   Ven 27 Fév 2015 - 10:45

le tome 1 forme une histoire complète par exemple, un bon moyen de tester la série ^^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yûko
Administratrice
Otaku suprême de Clamp
avatar

Féminin
Nombre de messages : 39102
Age : 31
Début de la quête : 01/03/2009

MessageSujet: Re: Le pavillon des hommes   Dim 7 Juin 2015 - 22:57



Mon avis sur Le pavillon des hommes (tome 11):

Comme à chaque fois que je donne mon avis sur une série que j'adore et à laquelle je ne trouve aucun défaut, je ne sais pas par où commencer... à part peut-être pour vous dire que c'est trop génial, et pourquoi est-ce que tout le monde ne lit pas déjà ce manga?! XD

Les émotions qu'on ressent dans ce onzième tome sont très fortes, en tout cas moi je suis très sensible à la narration de Fumi Yoshinaga, et Le Pavillon des Hommes se hisse sans peine parmi le top 10 des séries qui me bouleversent le plus à la lecture. >.<

On quitte à regret certains personnages puisque le temps passe et emporte avec lui certains de nos héros. Malgré tout, génération après génération, on continue de suivre certains protagonistes de cette uchronie tellement réaliste, humaine et terrible, tandis qu'une poignée d'irréductibles continue de lutter contre le cours des choses, le pouvoir implacable de ceux (ou celle...) qui tirent les ficelles en coulisses, et le fléau de la variole du tengu...

Alors qu'on s'attache à certaines personnes, le sort semble s'acharner sur eux avec de nouveaux drames, et des complots politiques de plus en plus retors et abjects.
Je crois que dans ce nouvel arc, la mangaka est parvenue à créer quelqu'un de terriblement détestable, sûrement l'un des personnages les plus odieux et haïssables de toute l'histoire du manga!!! J'en pleurais de rage à la lecture, pour tout vous dire! XD

A côté de ça heureusement, des personnages plus solaires et sympathiques nous enthousiasment par leur volonté et leur courage, et on n'a de cesse de prier pour qu'ils réussissent leurs projets!

Rendez-vous dans le douzième tome pour le découvrir... Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yûko
Administratrice
Otaku suprême de Clamp
avatar

Féminin
Nombre de messages : 39102
Age : 31
Début de la quête : 01/03/2009

MessageSujet: Re: Le pavillon des hommes   Lun 28 Déc 2015 - 21:39

Le tome 12 arrive en juin 2016 apparemment! *o*

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yûko
Administratrice
Otaku suprême de Clamp
avatar

Féminin
Nombre de messages : 39102
Age : 31
Début de la quête : 01/03/2009

MessageSujet: Re: Le pavillon des hommes   Lun 29 Aoû 2016 - 13:00



Le Pavillon des Hommes #12: Après avoir fait tomber la tête de tous ses ennemis et intrigué sans aucun scrupule pour parvenir au pouvoir, et n'ayant déjà plus d'autre ambition à assouvir, Dame Harusada tue désormais son ennui en empoisonnant tous ceux qui la gênent...
Faible et totalement aliéné au bon vouloir de sa mère, le shôgun Ienari commence pourtant enfin à réaliser la situation, en étant confronté à la détresse de celles qui subissent les manigances de l'effroyable Dame Harasada.
Même s'il ne peut interférer dans les affaires politiques, et afin que son règne ne soit pas vain, Ienari décide alors de trouver en secret un moyen de relancer les recherches sur le vaccin de la variole, bien que ces dernières aient été interdites par la rôjû Sadanobu...
Il se tourne ainsi vers Kuroki, le médecin qui avait été chassé du pavillon il y a des années. Mais depuis l'exécution de son maître, ce dernier ne semble pas prêt à risquer sa vie en retournant vivre et étudier au château...

Ce douzième tome du Pavillon des Hommes clôt l'arc commencé dans le précédent volume, et encore une fois, Fumi Yoshinaga nous offre une lecture terriblement palpitante et immersive. En quelques pages, on se replonge comme dans un film dans cette histoire pleine de tragédies et de leçons de courage.

Si, pour la première fois depuis longtemps, le shôgun est un homme, ce sont cependant bien les femmes qui continuent d'influer sur la vie politique et de prendre les décisions importantes.
Tout au long de ce tome, on assiste impuissant à la tyrannie cruelle de Dame Harasada, et la mangaka ne nous déçoit pas avec la survenue de nombreux retournements de situation dont elle a le secret! Et franchement, Georges R.R. Martin n'a qu'à bien se tenir, car il y a là une scénariste japonaise qui n'a rien à envier au papa de Games of Thrones quand il s'agit de mettre en scène les intrigues de palais.

Violence, sexe, assassinats, complots, et dialogues ciselés: tous les ingrédients sont présents - mais avec subtilité!
Les graphismes épurés de Fumi Yoshinaga n'ont en effet besoin que de quelques traits pour nous montrer la détresse contenue d'un visage, l'allure digne d'une silhouette, le regard entendu d'une conseillère, ou la menace voilée dans le mouvement d'un pan de kimono...

Loin de l'atmosphère oppressante du château où les espions à la solde de Dame Harusada guettent les moindres faits et gestes de chacun, dans le dispensaire de Kuroki le quotidien est bien plus joyeux et enthousiaste, même s'il n'en reste pas moins entaché de drames. Les recherches sur le vaccin de la variole pourront-elles vraiment reprendre et empêcher que les jeunes garçons continuent à être décimés par ce fléau?

"Je suis résigné à mourir à n'importe quel moment, puisque je suis né garçon!"

Le récit avance à grands pas, et on sent que l'uchronie pourrait rejoindre la réalité telle qu'on la connaît grâce aux nombreuses astuces scénaristiques de la mangaka, qui, décidément, sait ce qu'elle fait. Je maintiens au passage mon pronostic d'une quinzaine de volumes, car on sent que la fin du shogunat Tokugawa approche.

Quoi qu'il en soit, à chaque nouvel opus de cette série, on ne peut qu'admirer le génie de son scénario et la profondeur de ses personnages, dont l'épopée nous provoque tant d'émotions à la lecture.
On tient là un must-have, primé à de nombreuses reprises, et qui mérite clairement son succès critique. Un manga à lire absolument! Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le pavillon des hommes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le pavillon des hommes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le pavillon des hommes de Fumi Yoshinaga
» Fumi Yoshinaga - Le pavillon des hommes T4
» Josei: Le Pavillon des Hommes - Série [Yoshinaga, Fumi]
» Fumi Yoshinaga - Le pavillon des hommes T5
» Pourquoi les hommes reviennent ils ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MangaClamp :: Mangas et Animés hors Clamp :: Seinen/Josei-
Sauter vers: